mercredi 5 juin 2019

Du beau

Trois jolis comptes insta :




















J'ai eu du mal à choisir tellement j'aime ce compte, une vraie trouvaille.
Abonnez-vous et découvrez les making-off et les playlists.







photos extracts des comptes : 




jeudi 30 mai 2019

She Wants Revenge


Duo-ovni qui n'est pas sans rappeler La Sébale et ces nuits parisiennes de la fin des années 80.
Un son gothique comme dans les soirées off des boites de Paname où sévissaient des petits malins pour en faire les raouts les plus noirs et musicaux de l'époque.

A l'angle de la rue Gramont la file des garçons/filles ressemblait à une horde de corbeaux avides de synthés et de fumigènes. Les yeux étaient cerclés de noir, les ongles charbon, et les longues tenues frôlaient le sol et les Docs.
Comme une trainée de poudre, la petite foule s'emballait quand à l'entrée on découvrait que Christian Death serait le groupe surprise qui se produirait vers minuit.

Et quelque trente ans plus tard alors que les Sisters of Mercy, Death Cult et consorts ne parlent plus à grand monde et que Gavin Friday a perdu tous ses cheveux :

le son de

 She Wants Revenge ...


Tout comme les ovnis, ce groupe fait des apparitions ...

Justin Wardfield et Adam Bravin sont deux américains de San Fernando Valley en Californie, ils forment le groupe en 2004 et sortent un premier opus éponyme en 2006, qui classera trois singles.

"These things", "Out of Control", et "Tear you apart".


"These things"
où on retrouve en guest la flamboyante Shirley Manson.



"Tear you apart"
clip réalisé par Joaquin Phoenix



"Tear you appart" sera crédité des années plus tard, aux génériques des séries "Fringe" et "American Horror Story", ainsi que dans la BO du film "The Number 23". 

Suivront deux albums,
2007  "This is forever",
2011 "ValleyHart"
et trois EP, dont "Save your Soul"




Au phrasé à la Peter Murphy s'ajoute un son plus lourd glané dans les années grunge.

She Wants Revenge assure les premières parties de Depeche Mode et Placebo, mais rêve d'ouvrir pour Bahaus ou The Cure. En 2012 le duo informe ses fans qu'ils prennent un "indefinite hiatus" ...

En 2015 leur popularité s'étant étendue par le biais des diffusions du titre "Tear You Appart", le groupe remet le couvert, ils sont désormais en possession d'un nouvel album disent-ils pour la tournée de leur décennale.
Lp qui à ce jour ne semble pas encore être dans la boite, auto-production oblige ...

Novembre 2018, le groupe poste la vidéo de leur single "Big Love".




 Justin ... mise au point ...



Le plus intéressant restant la face immergée de l'iceberg, le versatile Justin Warfield est un remix à lui tout seul !

Il débute sa carrière en 1991 avec un groupe de rock psychédélique

"The Justin Warfield Supernault"



1993 il sort un album de hip hop "My field trip to planet 9"




Toujours en 1993, il est la voix de "Bug Powder Dust"





En 1996 il forme le groupe "One Inch Punch", qualifié de rock alternatif avec des transfuges de "The Justin Warfield Supernault". 





En 1999 on le retrouve sur le morceau "Spite and Malice" de Placebo 




Il collabore également avec Chemical Brothers, The chrystal Method, ...

En 2002 on le retrouve sur la BO de "Sons of Anarchy" 






Il semble que She Wants Revenge soit son point d'attache musical ... du moment. 

samedi 25 mai 2019

DYI - Dark Young Idol


Créature hybride sortie d'une éprouvette où se seraient mêlées des cellules souches de Die Antwoord, Marylin Manson, Laurie Anderson, et une pincée de De la Tourette pour faire de cette imparfaite un drôle de rossignol à la voix haut perchée.

Dave Grohl lui même compare l'artiste controversée à Kurt Cobain, ...

La dark-side de la pop pour ado à son idole




"Bad Guy"



Dans la série marmaille prodige et jeune chanteuse mise en exergue par les réseaux sociaux :


Billie Eilish 

Pirate Baird O'Connell.

(C'est pas un peu la classe le prénom "Pirate" ?)


Son premier single "Ocean Eyes" culmine à 87 millions d'écoutes en juillet 2018, elle a alors 16 ans.
Apple donnera un sérieux coup de pouce au destin de cette auteure-compositrice-interprète en la mettant en tête de gondole sur le store musical.
Issue d'une famille d'artistes, "Ocean Eyes" était à l'origine une composition du (et pour le groupe) de son frère. La donzelle compose depuis ses onze ans.
(Wiki ? c'est ICI)

En découvrant les productions musicales de l'américaine je ne peux m'empêcher de tracer la parallèle avec Angèle ...



"Copycat"




Mais l'univers de l'américaine laisse la Belge loin derrière.

"My Boy"


"Copycat" / "My Boy" extrait du premier LP " Don't Smile at me"
La thématique échelle est également exploitée dans le clip : "Bored" ... cette fille est un peu perchée !


La tessiture vocale est plus ample, l'univers plus dark, l'image lisse du premier single se métamorphose de clip en clip pour laisser la place à un personnage plus complexe, plus déjanté aussi.


"When the party's over"



Musicalement assez "easy - poum-poum tchak", l'univers de l'artiste est surtout riche pour sa manière de se mettre en scène.

Une chanson d'amour s'écrit dans la peau d'un serial killer "Hostage", une autre porte le titre guilleret de "Six Feet Under".
Une voix aussi écorchée que juvénile, des paroles qui résonnent avec le mal être de ses fans "I wanna end me" ("Bury a friend") , ou l'intégralité de "Listen before I go" qui s'achèvent sur fond de sirènes médico-légales.
(C'est pas la chanson qui vous fera danser à la kermesse).

Ce côté sombre inquiète les parents qui n'auraient pas surveillé les oreilles de leur progéniture depuis  Ariana Grande.
(ouch !!! tu préfères que ta fille bouge son boule ou qu'elle avale des mygales ?)




Extrait du second album "When we fall asleep, where do we go ?" :

"Bury a friend"




"Hostage"



 " I Love You"

Guitare, voix basique mais efficace. 

Billie Eilish affirme ne pas savoir ce qu'est être amoureuse, mais attacher une grande importance aux textes, qu'elle compose à partir de ses cauchemars et en se mettant "dans la peau de", elle est également très impliquée dans l'image vidéo (après avoir digéré des heures de reportages sur des making-off), bref, on est loin de Britney, Miley et consort .... 


Ces deux albums s'écoutent comme on déguste ces bonbons ovales qui à un moment vous échappent d'entre les dents et vous bouchent la trachée tout en vous laissant sur les lèvres le parfum de la fausse cerise gorgée de sucre.

Produit marketing hyper bien ficelé ou véritable artiste majeure de cette décennie ? Wait and see.



jeudi 23 mai 2019

Sur la route des Hits de Jack

Jack Arel

le compositeur français qui n'est pas que l'ami des animaux, ...  
loin s'en faut.

La composition la plus populaire de ce Monsieur reste le générique de "30 millions d'amis".
#ahouijeconnais





Et si vous êtes un fan d'auto c'est également lui qui signe la mouture d'introduction sonore en 1975 du magazine Auto-Moto. ICI
(le générique BD pique un peu)


Mais ce serait ballot de s'arrêter à ces préfaces musicales télévisuelles quand on connait la richesse du registre de ce Monsieur.

Easy listening, 

Rumba d'elevator,  

Jack Arel à de quoi vous faire voyager. 


Jack Arel est influencé par les grands noms du Jazz, Art Tatum, Gerry Mulligan, John Coltrane, Stan Getz ... il composera pour de nombreux artistes nationaux et internationaux, et sera l'auteur de scores pour le cinéma.
Dans ses interprètes on trouvera Eddy Mitchell, Dalida, Tom Jones, Dick Rivers, ...

L'aventure cinémascope débute avec Marcel Carné pour qui il compose la musique du film "Les Jeunes loups".






Le titre "I'll never leave you" chanté par Nicole Croisille (chabadabada toi et moi babadaba), sèmera le doute quant à la nationalité de Jack (de son vrai nom Jacky Antoine Joseph Azzopardi) et Nicole. 
(j'ai pas dit Jacquie et Michel)

Marcel Carné ayant exigé des compositeurs anglo-saxons, c'est sous des pseudonymes qu'ils furent présentés : Jack Arel à la composition et Tuesday Jackson au chant.






A l'époque l'illustration sonore était chasse gardée, réservée aux compositeurs old school des années 40/50, mais avec Jean-Claude Petit, Jack Arel en contrat chez Chappell (éditions Warner) va dynamiter le genre en sortant des sentiers battus. Enregistrant des albums conceptuels fait de plages de jingles assortis d'une face instrumentale.


"Dance and Mood music"



Ce principe (face A / Face B - vanille-fraise) fera l'objet de onze volumes, à raison d'un par an.
Jack Arel compose une musique qui laisse la part belle à l'improvisation des musiciens solistes, sans doute les effets secondaires de cet amateur de jazz.

Ces albums mixent des influences de tous horizons musicaux, rock, jazz, pop, le violon y côtoie l'orgue, la guitare électrique flirte avec le saxophone ...





Pour le primesautier  "Visit to Florida": 




La gratte qui sature et le petit faux semblant de BullIt 




Plusieurs volumes sont disponibles à l'écoute sur Youtube  ICI



"Psychadelic Portrait" 


La musique de Jack Arel accompagnera même le plus célèbre "Prisonnier" au Village.
(Numéro SIX, Patrick McGoohan)





Tout comme le titre "Bienvenue Mister Jones" .

Jack Arel sera également le compagnon sonore d'autres séries télé ... "Le Commissaire Moulin", de nombreux films .... dont la "Baraka", ainsi que de pièces de théâtre.
ICI

Les productions musicales de Jack Arel et de ses comparses sont des mannes inépuisables pour les sampleurs et autres remixeurs.







Pour exemple ce remix de "The night Squad" par Dany Wilde & Goldfinger.
(More ? -> Discofrogs ICI)






Même brut Jack Arel reste une valeur sûre pour suer ou se dandiner du bootie 
(moi je dis). 





Sweet and Pop




Sur ce je m'en vais déambuler sur "Déambulations" que je trouve de très bon ton.




BONJOUR CHEZ VOUS ! 


vendredi 17 mai 2019

Babe it's Burt ....

Il pleut des cordes, de douces nappes de violons et violoncelles, on frôle l'overdose du mot love,
mais qui n'aime pas Burt Bacharach ...

Burt tu n'y échappes pas,
et même si son nom ne vient pas,
le petit air, lui vous dira :

"Ah mais oui ! c'est Burt Bacharach !!"



Ouvrez vos écoutilles, et vos yeux avec la brindille qui se dandine au son d'une première Cover


White Stripes : 
"I just don't know what to do with myself"


La version originale est une face B qui date de 1962, chantée par Tommy Hunt.
C'est en 1964 qu'elle sera classée dans les charts avec la version de Dusty Springfield.


Puisqu'on est en maillot, let's go to the Beach .... boys :


Beach Boys 
"Walk on by"



Et pour coller à l'ambiance cannoise et Jarmush du moment :


The Zombies 
"The look of love "
(1967)




La complice vocale de Burt Bacharach est Dionne Warwick, elle sera l'interprète originelle de bon nombre de ses grands succès. le plus connu reste :


"Walk on by"



"Walk on By" fera l'objet de revisites, par de prestigieux interprètes, Aretha Franklin, The Stranglers, Seal, ... et la vision groovy d'Isaac Ayes.

Hal David sera l'acolyte parolier pour de nombreux titres, "Walk on by",  "I say a little prayer", ...



Burt Bacharach c'est le type qui inscrit sur son Cv :


Formation :
Marlene Dietrich, avec qui il fait ses gammes dans les années 50.

Compétences :
Dionne Warwick, Elvis Costello, James Bond, Isaac Hayes, Liberty Valance, Bob Dylan... Tom Jones...
Tubes internationaux intemporels, musiques originales de films, ...

Et dans loisirs :
Status Quo, Austin Powers


Petite apparition dans "Goldmember ":




Status Quo lui consacre un titre 
"Diggin' Burt Bacharach" 





Comme tout génie il traverse les époques, les courants musicaux, et chacun se revendique fils illégitime inspiré par son oeuvre.

Bon nombre de ses petites pépites sont désormais des standards ... Burt Bacarach c'est une source quasi inépuisable de trouvailles sur youtube !


Aretha Franklin 
"I say a little prayer for you"
(1968)


Version originale par Dionne Warwick en 1967.


Jackie DeShannon
"What the world needs now"



Tom Jones
"Raindrops keep falling on my head"
(1969)


En français on a eu la version 


Carpenters
"Close to You"
(1970)


Barbra Streisand, Franck Sinatra, Diana Ross, là encore le morceau aura plusieurs vies.


Revisite synthétique par Naked Eyes, groupe des années 80 qui flirta un temps avec les membres de Tear for Fears.


Naked Eyes 
"Always something there to remind me"



Dionne Warwick, Whitney Houston, Luter Vandross, Stevie Wonder, 
"That's what friends are for"
(1982)


Composition qui aura rapporté un Grammy, et par la voix d'Elton John de nombreux fonds pour combattre le Sida,  à l'origine chantée par Rod Stewart


Mais Burt Bacarach c'est avant tout un compositeur qui fait monter la température d'un cran, quand il accompagne James Bond dans Casino Royale (1967).

Peau de bête devant le feu de cheminée inutile ...



Dusty Springfield
"The look of love"





"This guy's in love with you",
Il y a bien entendu la cover de Noel Gallagher, qui lui réserve même une place sur la pochette de son album "Definitely Maybe" ...

Mais dans le genre mauvais garçons je reste sur ma Pattonite aigüe, y'a pas photo :


"This guy's in love with you"
Faith No More




Et comme on va pas bouder son plaisir, un second Tom Jones pour la route :


"Pussy cat"





samedi 2 mars 2019

Pento et Glucose

Certes je me réveille un peu tard, ce joyau à haute teneur en mélasse sentimentale date de 2011, mais qui n'a pas un jour trouvé une pépite musicale dans la discographie d'un aïeul ?

2009, Faith No More retrouve son truculent chanteur et figure de proue : Mike Patton, mais ce turbulent garnement aux 6 octaves n'est pas homme à se contenter d'un unique groupe / projet. Cette année là il sera également compositeur de BO de film (avec Jason Latatane) et crédité sur un jeux vidéo pour des borborygmes.
(si vous avez deux jours je vous invite à lire sa fiche wiki).

En autres activités musicales (chanteur, auteur, compositeur, arrangeur, guest, bruitiste, ...) le Monsieur est co-propriétaire du label Ipecac, crée en première intention pour ses productions personnelles mais qui au fil du temps s'est mué en laboratoire tremplin pour d'autres musiciens.

Peut-être des éléments pour identifier la genèse de ce projet

Brillantine et Saccharose :

C'est sur Ipecac, en 2005 que sort "Crime and Dissonance", une compilation de morceaux inédits et expérimentaux de Ennio Morricone dont il est un grand admirateur.

Mike Patton a vécu quelques années en Italie avec une napolitaine et en aurait profité pour s'intéresser à la crème des crooners locaux des années 50-60.

Métal et Julep ...

Les prémices de cette souplesse de Yogi des décibels sont présentes depuis les débuts de Mr Bungle*, passant du hennissement bourrin à la guimauve-clavecin.

Trublion de la tessiture, capable de vous faire glisser des pantoufles sur du lino avec Dan the Automator comme d'être votre complice pour déclarer la guerre à votre voisin avec Dead Cross 
( ..... et pas Kriss !!!! ) 



MONDO CANE





Le nom Mondo Cane fait référence à un film expérimental qui date de 1962, le projet part d'une envie de compiler des covers avec une petite formation musicale.
In fine le bébé mutera en tournée avec orchestre symphonique.

L'album de Mondo Cane est composé de trois enregistrements live (captés en début de tournée en Italie), mais mon crush va à sa captation en 2011 (disponible sur Youtube.)

Le Chili est le pays qui semble avoir réservé l'accueil le plus chaleureux à ce projet,  il en existe plusieurs captations néanmoins c'est sur celle-ci que j'ai bloqué :

Mike Patton - Mondo Cane Teatro Caupolican Santiago Chile 21, 2011 






A la soupe radiophonique, je préfère le sirop celui qui colle un peu (voire beaucoup) aux conduits auditifs, et puis si ça laisse des tâches sur la nappe c'est encore mieux !!!!

Mike Patton, un rien plus adipeux qu'en metalleux, en parfait showman dans son costume de mafieux roucoule et beugle tout autant.
L'homme qui a plus d'une corde à son arc, maîtrise à la perfection celles qui vibrent par la respiration.
Le set est rodé, la voix lustrée tel un instrument qui sort de son étuis velouté.

Set list que j'ai épluché pour vous.

Pour la version originale, taquinez la souris
(pas moi !!!!  le lien !)







Il cielo in una stanza,
Gino Paoli, auteur, compositeur et amoureux malheureux qui tente de se suicider d'une balle dans le coeur, la faucheuse en décidant autrement il recyclera ses talents dans la politique. Titre datant de 1960 qui évoque l'after sex.





Che Notte!
Fred Buscaglione, multi-instrumentiste, auteur et compositeur. Ferdinando adolescent joue dans les clubs de jazz, durant la seconde guerre mondiale ses talents musicaux lui permettront de rejoindre un orchestre des alliés et de s'imprégner de la musique américaine. Alors qu'il est au sommet, fin des années 60, sa Ford Thunderbird rencontre un camion ...
Che Notte ! est à l'image des films de gansters moustaches-brillantine qui cherchent à faire de la maille au nez de la flicaille.





Ore d'amore
Fred Bongusto, Titre datant de 1967, commandeur de l'ordre du mérite pour ses cinquante années de carrière il se reconvertira dans la politique en tant que conseiller communal.






20 km, al giorno
Nicola Arigliano, chanteur et saxophoniste de jazz. Cette chanson ne remportera pas le prix du festival de SanRemo en 1964, à l'image de ce marcheur qui se fait éconduire. On ne peut pas gagner à tous les coups, le monsieur ayant eu les faveurs d'une cover de "Cappucina" par Nath King Cole en 1961.




Quello che conta
Luigi Tenco. Retrouvé mort d'une balle dans la tempe gauche après sa prestation au festival de la chanson de SanRemo, décès jugé suspect d'autant qu'il était droitier. Le premier des amours autolyses de Dalida. . Un rien mélancolique le monsieur sur ce titre, ...  pour autant certaines de ses mélopées aux paroles jugées trop explicites furent censurées.






L'urlo Negro
The Blackmen, point d'amour dans cette reprise, mais de la haine. Celle d'un esclave envers son maitre.




Legata da un granello di sabbia
Nico Fidenco, titre qui explosa durant 14 semaines les compteurs et se vendit à un million d'exemplaires (une première en Italie). Complainte d'un homme qui sent que la femme qu'il aime lui échappe et lui promet qu'elle aura froid dans le dos en repensant à lui. Petite particularité le titre fait 4 minutes, alors que la majorité avoisinaient les 2.30.






Deep Deep Down, 
Ennio Morricone, chant Christy.
Composé pour accompagner à merveille un film produit par Dino De Laurentis : Danger Diabolik !
#alertekitch
Produit la même année que Barberella, on y retrouve dans le rôle titre celui qui campait l'ange Pygar, John Philipp Law ... exit la paire d'ailes et bonjour les combinaisons de sudations XXS (qui lui vont un brin moins bien qu'à Jane Fonda). Le vilain Diabolik est traqué par l'inspecteur Ginko, joué par Michel Piccoli clope au bec.






Pinne, fucile ed occhiali
Edoardo Vianello,  Sur la version originale on retrouve Ennio Morricone à l'orchestration qui s'essaye à l'introduction de bruits aquatiques. Cette chanson figure sur la BO du film 'le fanfaron",  un road trip pour un duo Vitorio Gassman / Jean-Louis Trintignant.
Chanson évoquant des baisers échangés en cachette fait penser à "scusami in un Angola" ... pas vu pas pris !





Scalinatella
Roberto Murolo, interprète majeur de la chanson napolitaine à qui il consacra douze albums.
Mike Patton explique avoir travaillé ses prononciations afin d'adapter son accent à la langue napolitaine, il dira également qu'en tant qu'auteur ce n'est pas tellement le sens des mots qui lui importe que leur sonorité.






Nico Fidenco, Où l'on retrouve à la composition un certain Elmer Bernstein, à qui l'on doit un bon paquet de bons sons, dont la BO de 'L'homme au bras d'or", avec un serial crooner en protagoniste : Franck Sinatra. Le film ' L'Uomo Che non sapeva amare", est plus facilement trouvable sous le titre "Carpetbaggers". (une bande annonce qui fleure bon le crew de gansters).






Lina Termini ce titre chanté date de 1943, les arrangements de la version instrumentale de Ennio Morricone de 2000 pour le film "Malèna". 
La cover de Patton est agrémentée de nappes de voix et de quelques agacements vocaux. 






Dan Backy, sera Numéro Un avec ce titre d'amoureux qui ne veut plus jamais entendre parler de l'amour, manque de bol, il l'entendra encore, par la voix d' Adriano Celentano dont il rejoindra le "clan". Le Clan Celentano étant une société de production pour les chanteurs vendant autour du million de disques.






Gianni Morandi , sorti sur son second album en 1964, les arrangements sont signés Ennio Morricone. Gianni Morandi est encore en mesure de vous offrir un verre après un tour de chansons sirupeuses car il est toujours en activité !






Domenico Modugno, version inaugurée au SanRemo festival en 1966, et présentée au concours de l'Eurovision qui lui réservera un accueil historique, premier zéro pointé pour l'Italie qui termine 17ème ! La chanson de Domenico Modugno 'Io"  en 1959 sera reprise sous le titre "Ask me" par Elvis Presley. #PentoPowa







Adriano Celentano, sera sacré premier rappeur italien en 1973 pour son titre : Prisencolinensinainciusol. Les italiens le surnomment le Tournicoti hurlant. Hyperactif et productif, Patton admire de travail de Celentano. 






Luigi Tenco,  chantée en français par  Dalida "Loin dans le temps". Luigi Tenco qui connaîtra avec ce titre le succès, est à la même époque, l'interprète du générique du "Commissaire Maigret"  ; ironique quand on pense que son décès fera 40 ans après toujours l'objet de suppositions ... et pose encore assez de questions pour que des criminologues s'engagent dans une contre-enquête.






compositeur : Nino Rota. Le morceau est un instrumental tiré de la BO du Casanova de Fellini. Là encore Patton saupoudre de subtiles vocalises sa revisite du thème. 






The Primitives. On reste dans le cinéma, ce titre date de 1967, il est extrait de la BO de la comédie musicale "I ragazzi di Bandiera Gialla". Un genre de "Fame" à l'italienne sur fond de romance estudiantine. 






Gino Paoli, dédié à Ornella Vanoni amour de sa vie et interprète de ses chansons. Le plus grand succès de Gino Paoli est "Sapore di sale" (actuellement utilisée dans le bocal pour promouvoir des croisières) et arrangé par Ennio Morricone. 
#encorelui


Bonus du live :





Qué he Sacado con quererte
Violeta Parra, artiste chilienne spécialisée dans les chansons traditionnelles et folkloriques. Titre dédié à son second époux populaire sous le nom d'El Gringo Bandolero.






Una sigaretta
Fred Buscaglione, on retrouve celui qui a sans doute inspiré le look d'Arnaud Rebotini pour "une sigaretta", lui qui avait déjà vanté les mérites de l'alcool dans "Wisky facile"... cigarette, alcool, moustache, un vrai gangster !!!!






Sole Malato,
Domenico Modugno, qui a chanté une version du "Téléphone pleure",  et gagné à plusieurs reprises le Festival de SanRemo. Mais surtout a rendu populaire le fameux : "Nel blu dipinto di blu" plus connu sous le nom de "Volare", ne cédant pas à la facilité, c'est donc sur une version de "Sole Malato" à la sauce Pattonesque que s'achève ce set, ..... tellement Morriconesque ...




Si Mike Patton pense qu'une collaboration avec Ennio Morricone est aussi peu probable que sa capacité à s'envoler pour la lune avec un unique ballon, ... moi j'aime bien croire aux miracles !!!

More Mike Patton Mondo Cane : Entrevista (Séptimo Vicio)



#mikepattonisgod

*Mr Bungle,
je sais que ce n'est pas le premier mais c'est mon préféré !

vendredi 4 mai 2018

Ink Well

S'encrer. 






Tatouée il y a bien longtemps par Bernard Horisei, j'ai voulu fixer à nouveau sur ma peau ...   
Il me fallait trouver qui graverait ...

Aussi petit soit le message ou le dessin, comme le vin il faut qu'il vieillisse bien ... 
Souviens-toi tous ces faux polynésiens au top de la hype qui font moins les malins maintenant en maillot de bains ... 
(et c'est le producteur de Tattoo Cover qui se frotte les mains ! )


L'Artiste doit vous parler pour vous coller à la peau ad vitam ...
Confier son derme est une affaire de sensibilité.






On aime un trait, très fin, ... ou pas, 
une patte, un style, des couleurs à foison ... ou pas, 
on peut y préférer des aplats. 
Un tracé "cracra", un dessin faussement enfantin, ...

C'est par le biais de l'instagram du Jaguar Gorgone et de la Fédération FrançaiseDe Bagarre que j'ai découvert le travail de Smbousille

Auteur du logo de la FFB, c'est une de ses oeuvres à la typo très appliquée qui a motivé mon choix. 







L'Artiste* ne travaille que l'encre noire (ou très majoritairement), il y met des points (parfois plein), un peu de typographie, et beaucoup de précision. 

Il y a dans ses tracés, autant de beautés songeuses que de torturés, autant de croix que d'êtres ailés cloués, d'odeurs de sainteté, de guipure ajourée, que de métal trempé.
Le macabre flirte avec la légèreté.

Des coulures, des chardons, de belles élégantes aux auréoles virginales, des vaisseaux fantômes habités ou égarés, et des points de (en) suspension ...  







Ca sent le Rotring et le revenez-y, un peu comme si il y avait toujours une suite possible à ses dessins. Paradoxalement très noirs, très encrés et tout à la fois aériens. 






L'ancrage et l'encrage, n'ont qu'une voyelle pour les différencier et en commun l'action de fixer. 
Comme un fix se faire piquer, c'est se doper à la liberté de s'afficher. 
Après ce doublé, l'envie de recommencer pourrait rapidement (re-)poindre ! 






Playlist bigarrée, néons et Gaffer en croix.  
Seb Smbousille et d'autres talents officient au Sphinx tatouage à Paris : ICI




Morceau de choix, 
choisi par Smbousille, à écouter en boucle

Siouxsie And The Banshees
"Obsession" 







Artiste Tatoueur, pas artisan même si le cordonnier et le tatoueur travaillent le cuir y'a tout de même une f...   différence ! 

Les photographies qui illustrent ce billet sont des (c) smbousille extracts de son instagram. 
Et pour ce qui est de mon encrage il n'est visible qu'à mon proche voisinage ...